Après la Guerre de Quatre-vingts ans (1568-1648), le protestantisme devint la religion prédominante aux Pays-Bas. Les révoltes des iconoclastes avaient entrainé la violente destruction de toutes les représentations de saints dans l'ensemble des églises. Les catholiques n’eurent d’autre choix que de se rassembler dans des églises clandestines. Le poète, juriste et prêtre Johannes Stalpaert van der Wiele prit leur défense.

Un poète virulent

Johannes Stalpaert van der Wiele est né à La Haye. Il bénéficia d'une formation à Louvain et à Rome et en 1612, il fut ordonné curé de Delft. Mais J. S. Van der Wiele était aussi un fervent poète. Il écrivit un nombre incalculable de louanges et de chansons religieuses, dans lesquelles il s'en prenait parfois de manière virulente aux réformateurs tels que Martin Luther et Jean Calvin. Il fut l'un des principaux écrivains néerlandais du mouvement de la Contre-Réforme.

Une église secrète

À l'époque de Johannes Van der Wiele, les croyants catholiques ne pouvaient plus se rassembler en public. C'est pourquoi il prit la tête pour eux d'une église clandestine dans le Bagijnhof (le béguinage), qui est encore active aujourd'hui. Ainsi, derrière une façade en apparence tout à fait banale, les catholiques purent malgré tout continuer à vivre leur foi.

Statue

Après la mort de J. S. Van der Wiele en 1630, son corps fut enterré dans la Vieille Église. En 1962, Arie Teeuwisse en réalisa une statue, qui s'élève toujours dans le Bagijnhof, près de l'église où Johannes Van der Wiele avait l'habitude de prêcher. A. Teeuwisse est également l'auteur d'une statue de la béguine Gertrude van Oosten, qu'on peut admirer à côté de la Vieille Église.

Chronologie »

Fermer la chronologie ×