Maarten Harpertszoon Tromp est sans doute le héros des mers le plus emblématique de l’histoire des Pays-Bas. À une époque de grandes tensions internationales et de commerce mondiale croissant, il fut à tour de rôle au service de la marine marchande et de la marine militaire. Un parcours au fil duquel il s’éleva du statut de jeune mousse à celui d’amiral en chef.

Les débuts

En tant que fils de capitaine, Maarten Tromp était prédestiné à devenir marin. À neuf ans à peine, il accompagnait déjà son père sur sa frégate, le Olifantstromp (la trompe de l'éléphant), d'où lui vient probablement son nom...

Petit grand-père

M. Tromp accéda à la fonction de lieutenant, puis à celle de capitaine pour finalement devenir amiral. En dépit d'intrigues politiques au sein de la direction de la marine, et parfois malgré un manque de matériel digne de ce nom, il remporta plusieurs victoires éclatantes. Il était très apprécié parmi le peuple et son équipage lui donna le surnom de Bestevaêr, ‘petit grand père'.

En armure

Le dernier fait d'armes de l'amiral Tromp eut lieu en 1653, lors de la bataille de Scheveningen, au cours de laquelle il fut mortellement touché par un tireur d'élite à la gauche de la poitrine. Ces derniers mots auraient été : ‘J'en ai fini, gardez courage.' Des témoins oculaires soutinrent toutefois qu'il décéda sur le coup. Maarten Tromp fut honoré par l'édification d'un mausolée richement décoré dans la Vieille Église.

Chronologie »

Fermer la chronologie ×